Qui n’a pas entendu parler du phénomène 365 dni ? On aime ou on déteste, les avis sont très tranchés c’est certain. Les avis, parodies et autres vidéos pleuvent sur tous les réseaux sociaux. Mais vous, l’avez-vous vu ? Et avec quel regard l’avez-vous regardé ? Celui du plaisir ou celui de la raison ?

Une film polémique

Pour les personnes qui ne parlent pas polonais, même si on peut le deviner, 365 dni (prononcer 365 dni et pas « D N I ») veut dire 365 jours.

Le pitch ? Une jeune polonaise Laura qui part en vacances en Sicile avec son copain pour tenter de sauver son couple. Pour mettre toutes les chances de son côté, le jeune homme un peu rustre part tout seul visiter l’île et oublie sa copine. Bref, la fille en a marre et veut s’en aller et le quitter. C’est là que son chemin croise celui d’un mafieux du coin. Je dis son chemin, mais le fameux Massimo Torricelli s’est arrangé pour que la jeune fille rentre dans sa vie et y reste.

Bref, il la kidnappe et lui promet qu’elle tombera amoureuse de lui en 1 an (d’où le titre du film) et sinon il la libèrera. Si vous voulez voir le film, c’est sur Netflix.

Pour ou contre le film

Certains défendent le film en parlant de 7ème art, qu’il faut garder les choses dans leur contexte et le regarder pour la beauté des corps et l’histoire d’amour. Des associations se révoltent de la culture du viol. Qu’en est-il vraiment ?
Oui bien sûr le film est bien plus osé et montre des scènes bien plus piquantes que les 50 nuances de Grey.

Les personnages

Regardons d’abord le personnage incarné par le mafieux Massimo. On remarque tout de suite sa musculature et son bronzage qui sont censés excuser tous les gestes qu’il se permet sans le consentement de la jeune femme. Il est présenté ici comme un chevalier des temps modernes. Malgré la relation toxique entre les 2 personnages, et malgré les conseils de leurs amis de s’éloigner l’un de l’autre, ils décident de rester ensemble.
Quant à Laura, cette situation la gêne juste au début. Hormis 3 minutes au début du film où elle se débat mollement, elle est contente et semble jouer. Massimo va acheter son amour à raison de vêtements, de chaussures, de jet privé et de bateau.

La représentation de la femme

C’est toute la notion de la représentation des femmes au cinéma qui est remise en cause. On la voit soumise et devenir l’objet de l’homme. Un objet de plaisir et de désir.

Malgré toutes ces critiques qui sont audibles, je pense que ce film est juste une adaptation d’un livre, d’une relation romancée (et toxique) entre les deux protagonistes. Il faut savoir faire la part des choses. Ce n’est pas parce qu’un homme va regarder ce film qu’il va violer la prochaine femme dans la rue. De même qu’une femme ne va pas complètement s’effacer car elle a vu ce film. Il est juste important de connaître le contexte du film avant de le regarder afin de ne pas choquer les plus jeunes.

365 dni, une trilogie polonaise qui n’a pas dit son dernier mot – une suite ? **spoiler**

Sans vous révéler toute l’intrigue, pour ceux qui ne l’ont pas vu, l’histoire prend une tournure plus torride avec une tension sexuelle récurrente.

Les décors majestueux et la musique y sont également pour quelque chose. Entre mafia et sexe, ce film est l’adaptation du premier livre de la trilogie 365 dni/ce jour/les 365 prochains jours de Blanka Lipinska. Je vais en décevoir certaines mais pour le moment le livre est uniquement en polonais. Il est en court de traduction dans les autres langues.

Donc je vais recevoir ma version à lire bientôt. Mais je sais déjà que Laura n’est pas vraiment morte à la fin du premier livre et j’ai hâte de connaître la suite et je ne manquerai pas de la partager avec vous !

Enfin, si vous aimez les jeux coquins en couple, nous vous recommandons l’escape game 69 nuances de grey !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici